Minute Homme # 2

Oublions la douceur du premier post et mettons-nous à crier comme un "Jaguarr" ! Vous l'aurez compris, nous allons parler du sulfureux JoeyStarr. Plus besoin de le présenter, ce pilier du rap français est déjà dans toutes vos têtes. Retour sur un style, une époque, un personnage !

Les débuts… qui vous ont déplu

Avec son acolyte, Kool Shen, il monte le groupe NTM (Nique Ta Mère) en 1988. Forcément, avec un nom comme celui-ci, difficile d'attirer votre attention. Malgré certaines prises de positions honorables, la forme ne passe pas et… je peux vous comprendre ! Niveau style, ce n'est pas ça non plus, même si vous n'êtes pas contre un jogging porté de temps en temps avec une jolie paire de sneakers, les dents en or c'était trop !
En 1998, vous avez cru à la fin de votre cauchemar quand le groupe se dissout. Pas de chance…il fonde la même année le label B.O.S.S. (Boss Of Scandalz Strategyz) et obtient même une diffusion à partir de minuit sur Skyrock avec un slogan pour le moins éloquent "jeudi jour de sodomie"… Pour vous c'est là fin, JoeyStarr, ce ne sera jamais votre came!

Mais parfois la vie apporte quelques surprises…
Cela fait maintenant quelques années que Monsieur Didier Morville (de son vrai nom) participe à la création de contenu inattendu. Il a su vous toucher une première fois avec le titre Métèque sorti en 2006 sur l'album "Gare au jaguarr". Il a profité de cette reprise de George Moustaki pour régler ses problèmes avec le système et surtout évoquer son amertume envers son père. En 2012, il reprend cette fois-ci un classique de la chanson française : Mamy Blues ! Tiraillé entre les regrets, JoeyStarr rend hommage aux femmes et s'ouvre un peu plus à son public. Notez que dans le clip son style vestimentaire est également très soigné. Cet ancien natif du 93 aime désormais les cuillères en argent et se laisse même prendre en photo par Mario Sorrenti pour le numéro d'août 2012 du Vogue Paris.

Après la musique le cinéma ! 
Désormais le Jaguarr s'est tourné vers les projecteurs, non plus de la scène mais du grand écran. On le découvre avec un premier rôle dans le très beau film de Maïwenn : Polisse. Un rôle taillé sur-mesure pour lui. Si vous ne l'avez pas encore vu je vous le conseille fortement. Sa carrière d'acteur n'est pas prête de s'arrêter car si l'on en croit les rumeurs, il sera de plus en plus présent dans les salles obscures… Alors est-ce qu'à 45 ans cette reconversion plaira à un plus large public, dont vous ?


Comme à mon habitude je vous laisse en musique...


A dans deux semaines !


Moe Green

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Google+