Rencontre avec Diane Bussy

Après avoir eu un coup de foudre pour sa ligne de bijoux au salon des Jeunes Créateurs début décembre, je ne pouvrais pas passer à côté de Diane. Le rendez-vous est donc pris le 15 décembre au marché de Noël qui se déroule à l'Hôtel Bohème dans le deuxième arrondissement de Paris. Entre deux clientes, Diane me montre sa ligne de bijoux absolument sublime et répond à quelques questions avec gentillesse et humour. Rencontre.

Diane Bussy

 Quel est le premier bijou que tu as crée ? 

 Le tout premier bijou que j'ai crée est un petit sautoir grelot en laiton vieilli. Il est encore aujourd'hui une pièce phare de la marque qui marche très bien. 

 Quelle est la signature de The Blossom Bohemian ? 

 J'essaie de créer des bijoux sobres et sensuelles que les femmes peuvent porter tous les jours. C'était une volonté de ma part de créer des bijoux très fins et discrets dont la gamme de prix varie entre 30 et 60 €. 

 Pourquoi as-tu voulu te lancer dans le bijou ? 

Au départ, ma passion est partie d'une volonté de créer moi-même mes propres bijoux. Par la suite, je me suis aperçue qu'ils plaisaient beaucoup aux personnes autour de moi donc j'ai décidé de continuer. 

 Pourquoi as-tu appelé ta marque The Blossom Bohemian ?

Cette question revient très souvent et tout le monde pense que The Blossom Bohemian fait référence à une femme bohème mais pas du tout. Un jour, j'ai eu une vision dans laquelle je voyais un vieil homme barbu, un brin bohème qui était en train de créer des bijoux. 

 Quel est le premier bijou que l'on t'a offert ? 

 C'était un très beau sautoir avec une petite montre. Pendant très longtemps, je n'ai pas porté de bijoux et ma passion pour eux est très récente. J'aime les bijoux qui ont un style masculin-féminin. 

 Quelle marque de joaillerie admires-tu ? 

 Je suis une inconditionnelle de la marque Médecine Douce. Cette créatrice m'inspire beaucoup.

 Comment envisages-tu l'avenir de The Blossom Bohemian ? 

 J'aimerais beaucoup présenter mes créations dans un grand salon et vendre beaucoup plus en province.













 













0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Google+